Focus

Focus # 7 : Les Trinquand et la Ferme de la Cave

Afficher toutes les images dans le visualiseur (nouvelle fenêtre)
Afficher toutes les images dans le visualiseur (nouvelle fenêtre)
Afficher toutes les images dans le visualiseur (nouvelle fenêtre)
Afficher toutes les images dans le visualiseur (nouvelle fenêtre)
Afficher toutes les images dans le visualiseur (nouvelle fenêtre)
Afficher toutes les images dans le visualiseur (nouvelle fenêtre)
Afficher toutes les images dans le visualiseur (nouvelle fenêtre)
Afficher toutes les images dans le visualiseur (nouvelle fenêtre)

Voir toutes les images (8)

Coup de coeur pour une "maison de campagne"...

En 1749, un différend oppose la population à l’abbesse de Chelles, qui souhaite imposer un péage à l’entrée du pont en pierre au-dessus de la rivière qui coupait le bourg en deux (qui se situerait aujourd'hui approximativement à l'entrée de la rue de Gambetta côté fontaine). L’abbesse fait alors appel à l’autorité royale, en la personne de Jean Louis Nicolas Trinquand, avocat au Parlement de Paris, conseiller du Roi en la cour des monnaies, et également « Maitre des Eaux et Forests » du Roi. On ne sait pas comment cette affaire est résolue, mais ce qui est certain, c’est que le pays de Chelles a tant plu à l’officier que le 22 décembre 1749, il achète à la veuve Hazon une ferme pour en faire sa "résidence de campagne", la "Ferme de la Cave".

Zoom sur une archive : le registre des plans des terres de la Ferme de la Cave

Premier article du fonds d'archives de la famille Trinquand, le registre des plans des terres dépendant de la Ferme de la Cave (cote 2Z1) représente chaque parcelle sous la forme de plans figurés et colorés. Les Archives municipales vous proposent d'en découvrir la première page numérisée : on y aperçoit le noyau central de la propriété, avec ses nombreux bâtiments et ses vastes jardins et potagers. On voit aussi mentionné le Château Gaillard voisin.

Histoire simplifiée et succession des propriétaires

La Ferme de la Cave, qui a été aussi appelée "Hôtel de la Cave" au cours des XIXème et XXème siècles, fut notamment occupée par des militaires à plusieurs reprises et transformée temporairement en caserne : en 1814 et 1815 (un dossier du fonds d'archives coté 2Z36 traite des fournitures et nourritures qui ont été nécessaires pour accueillir les troupes), en 1870-1871, puis pendant les deux guerres mondiales. Elle demeure la propriété des Trinquand jusqu'en 1945 (voir la chronologie des propriétaires numérisée, cote 2Z40).

À cette date, elle est rachetée par l’Institution de Jésus crucifié pour y installer le prieuré Sainte-Thérèse de l’Enfant-Jésus. En 1957, alors que la route départementale dénommée François Trinquand qui coupe la propriété en deux est construite, la « ferme » est finalement rachetée par une société mobilière qui transforme les locaux en logements, et construit des immeubles dans les jardins. Ce sont alors les bâtiments qu’il est possible de voir aujourd’hui, près du carrefour des Fusillés.

Pour aller plus loin...

Ce focus a été rédigé à l'occasion de la redécouverte de quelques boîtes d'archives qui avaient été versées aux Archives municipales par le Musée Alfred Bonno en 1999, mais qui n'avaient pas encore été traitées à ce jour. Le fonds, qui a été inventorié en octobre 2020 sous la cote 2Z, est désormais encadré par un contrat de don signé par Denis Trinquand et son épouse Jeanine née Poncelet lors de leurs noces de platine, célébrées par le Maire de Chelles Brice Rabaste le 24 octobre 2020.

Demeure familiale pendant presque 200 ans, la Ferme de la Cave a continué de fasciner les membres de la famille Trinquand. Henri Trinquand, descendant en ligne directe de Jean Louis Nicolas Trinquand, a fourni un travail important sur l'histoire de cette demeure et a publié ses résultats en 1980 dans un bulletin de la Société Historique et Archéologique de Chelles (bulletin n°2 nouvelle série, 1980, pages 9 à 24). Ce travail est disponible aux Archives municipales en salle de lecture, tout comme le fonds d'archives.